Son Excellence la très honorable Julie Payette Présidente honoraire

Son Excellence la très honorable Julie Payette

Avant de devenir gouverneure générale, Julie Payette a été astronaute, ingénieure, communicatrice scientifique et administratrice de sociétés.

De 1992 à 2013, Mme Payette a travaillé comme astronaute et effectué deux missions dans l’espace. Elle a aussi occupé pendant de nombreuses années le poste d’agente de liaison « capcom » (capsule communicator) au Centre de contrôle de mission de la NASA, à Houston au Texas, et elle a été astronaute en chef de l’Agence spatiale canadienne.

Mme Payette est très reconnue pour avoir élaboré des politiques axées sur la promotion de la science et de la technologie. De 2011 à 2013, elle a travaillé comme chercheure au Woodrow Wilson International Center for Scholars, à Washington D.C., et elle a été nommée déléguée scientifique du Québec aux États-Unis. De juillet 2013 à octobre 2016, elle a été directrice du Centre des sciences de Montréal.

Mme Payette est très active dans la communauté. Elle a signé de nombreuses chroniques de vulgarisation scientifique à Radio-Canada et est membre du conseil consultatif de la faculté de génie de l’Université McGill. Elle a siégé aux conseils d’administration de la fondation du Centre des sciences de Montréal, de Robotique FIRST Québec, de Jeunesse sans drogue Canada et du Festival Bach de Montréal. Elle a longtemps siègé au conseil d’administration de l’organisme subventionnaire À Nous Le Podium, qui œuvre dans le sport de haute performance au Canada, et a été nommée à la commission des femmes dans le sport du Comité international olympique. Mme Payette a fait partie du conseil d’administration de Développement Aéroport Saint-Hubert de Longueuil et de la Banque Nationale du Canada.

Mme Payette est membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec et de l’International Academy of Astronautics. Elle est titulaire d’un baccalauréat international du United World College of the Atlantic, au Royaume-Uni, d’un baccalauréat en génie électrique de l’Université McGill et d’une maîtrise en sciences appliquées (génie informatique) de l’Université de Toronto. Par ailleurs, elle peut parler six langues, possède une licence de pilote professionnel, et a le titre d’administratrice de sociétés certifiée (ASC correspond au titre d’administratrice de sociétés de l’IAS, IAS.A).

Mme Payette a reçu de nombreuses distinctions, dont 28 doctorats honorifiques. Elle a aussi été investie de l’Ordre du Canada en 2010 et est chevalière de l’Ordre national du Québec.

Kathleen Taylor Présidente de la Conférence

Kathleen Taylor, C.M.

Kathleen (Katie) Taylor est présidente du Conseil d’administration chez RBC. Siégeant au Conseil depuis 2001, elle a présidé le Comité des ressources humaines et le Comité de la gouvernance d’entreprise, et été membre du Comité d’audit et du Comité de gestion du risque.

Mme Taylor est une dirigeante d’entreprise éminente qui s’implique énormément au sein de la communauté. Elle est l’ancienne présidente et chef de la direction de la chaîne hôtelière Four Seasons Hotels and Resorts, présidente du Conseil de la Sick Kids Foundation et administratrice de la Sick Kids Hospital de Toronto. Elle est également vice-présidente du Conseil à The Adecco Group (basé à Zurich), en plus de siéger au conseil d’administration d’Air Canada, et de l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada.

Elle détient une maîtrise en administration des affaires (MBA) et un doctorat honorifique en droit de la Schulich School of Business, un diplôme en droit de l’Osgoode Hall Law School, de même qu’un baccalauréat ès arts spécialisé de l’Université de Toronto. Au cours de sa carrière, Mme Taylor a reçu plusieurs distinctions, notamment le Schulich School of Business Award for Outstanding Executive Leadership, et la première Medal for Career Achievement du Hennick Centre for Business and Law de l’Université York.

Elle a été intronisée au Temple canadien des légendes du marketing et figuré au palmarès des femmes les plus influentes du Canada du Réseau des femmes exécutives (WXN) en 2011, en 2014 et en 2016. En 2016, Mme Taylor a été nommée membre de l’Ordre du Canada.

Michael Wernick Vice-Président, Gouvernement

Michael Wernick

Michael Wernick a été nommé au poste de greffier du Conseil privé et secrétaire du Cabinet le 22 janvier 2016.

Il a occupé le poste de sous-greffier du Conseil privé et secrétaire associée du Cabinet du mois d’octobre 2014 au 21 janvier 2016. Avant cette nomination, M. Wernick a occupé le poste de sous-ministre des Affaires autochtones et Développement du Nord Canada de mai 2006 jusqu’en juillet 2014 et conseiller spécial au bureau du Conseil privé de juillet à septembre 2014.

Depuis son entrée dans la fonction publique fédérale, en 1981, M. Wernick a travaillé à la Division de la politique sociale du ministère des Finances, au ministère de la Consommation et des Affaires commerciales, au Secrétariat de la politique de développement économique et régional du Bureau du Conseil privé ainsi qu’au Secrétariat des affaires constitutionnelles du Bureau des relations fédérales-provinciales. De 1996 à 2003, il a été sous-ministre adjoint puis sous-ministre délégué au ministère du Patrimoine canadien. De 2003 à 2006, il a été au service de trois premiers ministres en tant que sous-secrétaire du Cabinet, Planification et consultations, au Bureau du Conseil privé.

Durant les huit années au poste de sous-ministre au Affaires autochtones et développement du Nord canadien, de 2006 à 2014, M. Wernick a aidé quatre ministres à promouvoir les programmes du gouvernement visant les Autochtones et le Nord. Parmi les éléments marquants de son mandat à AADNC, notons l’adoption de 23 textes de loi, y compris dans le cadre de cinq lois d’exécution du budget; l’approbation et la mise en œuvre continue de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens; la conclusion de plusieurs traités modernes et accords sur l’autonomie gouvernementale; la création du Tribunal des revendications particulières; l’élargissement rapide de la Loi sur la gestion des terres des premières nations; les profondes réformes structurelles des services à l’enfance et à la famille, de l’aide au revenu et des systèmes d’approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées; la mise en place de protections des droits de la personne et des biens matrimoniaux dans les réserves; des progrès importants en ce qui a trait à la réforme de l’éducation dans les réserves. En ce qui concerne le Nord, M. Wernick a notamment travaillé aux dossiers suivants : l’Année polaire internationale; la Station de recherche du Canada dans l’Extrême-Arctique; le transfert de responsabilités fédérales en matière de gestion des terres au gouvernement des Territoires du Nord-Ouest; la réforme des régimes de réglementation dans le Nord; le remplacement du programme Aliments-poste par Nutrition Nord Canada.

M. Wernick se distingue par le fait qu’il a été très impliqué dans le processus de transition et de mise en marche de trois nouveaux gouvernements et qu’il a participé à la cérémonie d’assermentation ainsi qu’à la première réunion du Cabinet de trois premiers ministres (Martin en 2003, Harper en 2006, Trudeau en 2015).

M. Wernick a développé de nombreux dirigeants de la fonction publique. Quinze membres de ses équipes de gestion ont été promus à et/ou au sein de la communauté des sous-ministres.

M. Wernick est diplômé de l’Université de Toronto, où il a obtenu un baccalauréat et une maîtrise en économie. M. Wernick est membre du Bureau des gouverneurs de l’Université Carleton, et membre du Conseil d’administration de l’Institut sur la gouvernance.

Au mois de novembre 2012, M. Wernick a reçu la Médaille du Jubilé de Diamant de la Reine Elizabeth II.

Roberta Jamieson Vice-Présidente, Communauté

Roberta Jamieson, O.C.

Biographie à venir

Hassan Yussuff Vice-Président, Syndicats

Hassan Yussuff

Hassan Yussuff a été réélu président du Congrès du travail du Canada pour un second mandat en mai 2017. Il a été élu à ce poste la première fois en mai 2014, devenant la première personne de couleur à être élue à la tête du mouvement syndical canadien.

Depuis son élection en 2014, Hassan a mené les syndicats du Canada vers bon nombre de victoires importantes. C’est sous sa direction, par exemple, que le CTC a lancé une innovante campagne numérique et communautaire qui a inscrit les enjeux du mouvement syndical au cœur de la campagne électorale fédérale de 2015 et aidé à défaire les conservateurs.

La campagne de 2015 du CTC était axée sur la revendication d’un renforcement du Régime de pensions du Canada pour laquelle Hassan se passionne depuis près d’une décennie. Après les élections, le CTC a redoublé d’efforts dans le cadre de sa campagne pour assurer la sécurité des retraites à tous et Hassan s’est efforcé d’obtenir l’appui du nouveau gouvernement fédéral et des dirigeants provinciaux et territoriaux. La campagne et le lobbying connexe ont porté fruit en novembre 2016 au dépôt du projet de loi C-26, qui élargit le RPC pour la première fois de son histoire.

Rendre les lieux de travail et les lieux publics plus sécuritaires est une autre des principales priorités d’Hassan. Il a été exposé à l’amiante en tant que mécanicien vers le début de sa vie active et il a appris, en tant que militant syndical, que l’amiante est la principale cause de décès attribuables au travail au Canada. En sa qualité de président du CTC, Hassan a mené une forte campagne pour l’interdiction complète de l’amiante. Celle-ci a été gagnée en décembre 2016.

Hassan est connu pour son militantisme non seulement au Canada mais aussi sur la scène internationale. En 2016, il a été élu pour un deuxième mandat à la présidence de la Confédération Syndicale des Amériques, qui unit 56 organisations nationales représentant plus de 60 millions de travailleuses et travailleurs dans 23 pays.

Résolu à bâtir un monde meilleur pour les futures générations, Hassan s’est engagé à lutter contre les changements climatiques et à assurer une transition juste et équitable aux travailleurs et travailleuses et aux collectivités influencées par l’évolution vers une économie verte.

Le CTC, voix du mouvement syndical canadien, représente 3,3 millions de travailleuses et travailleurs.

Dominic Barton

Dominic Barton

Biographie à venir

David Black

David Black

Biographie à venir

Nathalie Bondil

Nathalie Bondil

Historienne de l’art, Nathalie Bondil est directrice générale et conservatrice en chef du MBAM depuis 2007. Ses expositions pluridisciplinaires originales s’exportent avec succès à l’international (35 étapes en dix ans). Sous sa direction, la fréquentation a doublé (1,3 million de visiteurs en 2017 soit le 8e en Amérique du Nord et 49e dans le monde) et la superficie a crû de 30 % avec l’inauguration de deux bâtiments : le Pavillon d’art québécois et canadien Claire et Marc Bourgie (2011) et le Pavillon pour la Paix Michel et Renata Hornstein (2016). Agora urbaine, le MBAM dispose d’une salle de concert professionnelle (2011) qui présente 150 concerts par année ainsi qu’une véritable salle de cinéma. L’Aile des cultures du monde et du vivre-ensemble Stéphan Crétier et Stéphany Maillery ouvrira en 2019.

Auteure d’un Manifeste pour un Musée humaniste, Nathalie Bondil a triplé les espaces éducatifs avec l’Atelier international d’Éducation et d’Art-thérapie Michel de la Chenelière (2016), l’un des plus grands dans un musée d’art nord-américain. Pionnier en action sociocommunautaire, le MBAM collabore avec quelque 450 partenaires (écoles, universitaires, associations, hôpitaux, et instituts de recherche médicale…). Il a lancé le Comité Art et Santé présidé par le Scientifique en Chef du Québec et plusieurs projets pilotes: troubles alimentaires, autisme, Alzheimer… et les toutes premières prescriptions muséales en 2017.

Vice-présidente du Conseil des arts du Canada, Nathalie Bondil est récipiendaire de deux doctorats honoris causa de l’Université McGill et de l’Université de Montréal, membre des ordres du Québec et du Canada et officière des Arts et des Lettres de la République française.

Assunta Di Lorenzo

Assunta Di Lorenzo

Madame Assunta Di Lorenzo a été nommée secrétaire de la gouverneure générale et chancelière d’armes du Canada en janvier 2018. Elle a reçu sa commission à titre de sous-gouverneure de la gouverneure générale le 23 janvier 2018.

Madame Di Lorenzo est née de parents italiens à Montréal, Québec, où elle a grandi avec sa soeur et ses deux frères. Elle s’est vu décerner une bourse d’études de deux ans au Collège du Monde-Uni Lester B. Pearson du Pacifique, à Victoria, en Colombie-Britannique, duquel elle a obtenu un baccalauréat international. Elle a ensuite poursuivi ses études en sciences politiques, à l’Université McGill, et puis en droit, à l’Université d’Ottawa. Elle a aussi complété un certificat d’études avancées en gestion et un certificat d’études en perfectionnement des cadres, à l’Université McGill. Madame Di Lorenzo est membre du Law Society of Ontario et du Barreau du Québec.

Madame Di Lorenzo est une avocate et femme d’affaires possédant une expérience significative dans la gestion d’équipe et en tant que conseiller stratégique auprès de chefs de la direction d’organisations gouvernementales, publiques ou privées, tant au niveau local qu’international. Elle a pratiqué le droit au sein des plus grands et importants cabinets d’avocats au Canada, en débutant les dix premières années de sa carrière en droit des valeurs mobilières et en fusions et acquisitions auprès des cabinets d’avocats Stikeman Elliott et Ogilvy Renault (maintenant Norton Rose Fulbright). Plus tard, elle est devenue associée chez Fraser Milner Casgrain (maintenant Dentons) et ensuite chez McMillan, où elle a conseillé en matière de gouvernance d’entreprise et de réglementation.

Madame Di Lorenzo a aussi passé plus de vingt ans en tant que dirigeante au sein d’entreprises privées et publiques. Elle a d’abord agi en tant que première vice-présidente, chef du contentieux, du secrétariat corporatif et de la conformité de TAL Gestion Global d’actif, alors la filiale de gestion de placements de la Banque canadienne impériale de commerce. Elle a ensuite occupé des positions de cadre supérieur similaires au sein d’organismes gouvernementaux fédéraux et provinciaux: d’abord en tant que première vice-présidente, chef du contentieux et secrétaire corporatif de l’Office d’investissement des régimes de pensions du secteur public, une société de la Couronne fédérale qui investit ses actifs de caisses de retraite à travers le monde et, jusqu’à récemment, en tant que secrétaire et directrice exécutive, affaires corporatives et juridiques du Réseau de transport métropolitain (anciennement, l’Agence métropolitaine de transport), un organisme provincial de transport collectif offrant des services de trains et d’autobus dans la grande région métropolitaine de Montréal.

Madame Di Lorenzo a agi pendant plusieurs années en tant qu’administratrice au sein du conseil d’administration de la Fondation de l’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal et est une ancienne du programme de mentorat Catalyst WomenOnBoard.

Madame Di Lorenzo aime jouer au golf avec son fils, qui étudie présentement en droit à l’Université de Montréal. Ses intérêts incluent la musique, l’histoire et les voyages. Elle parle couramment l’anglais, le français, l’italien, l’espagnol et un peu le polonais.

John Elvidge

John Elvidge

Biographie à venir

Stuart Forman

Stuart Forman

Biographie à venir

Kathy Kinloch

Kathy Kinloch

Kathy Kinloch est, depuis janvier 2014, présidente de l’Institut de technologie de la Colombie-Britannique (BCIT), le plus important institut polytechnique au Canada.

Mme Kinloch est réputée pour mener des projets de renouveau organisationnel dans des environnements complexes. Elle a, notamment en tant que cadre supérieur, été le fer de lance d’initiatives de changement dans le domaine de l’enseignement postsecondaire, ainsi que dans les secteurs des gouvernements et des soins de santé.

Dans son rôle au BCIT, Mme Kinloch s’efforce d’élargir et de renforcer les partenariats que l’Institut a noués avec des entreprises, des industries et des communautés de la Colombie-Britannique, du Canada et d’ailleurs dans le monde.

Parmi les récompenses décernées à Mme Kinloch pour ses réalisations, on compte : une place dans le « Top 50 Power List » du Vancouver Magazine en 2015 et 2016; une place dans la liste des femmes d’affaires les plus influentes en 2015 et en 2017 du magazine BC Business; le titre de Femme de distinction du YWCA Metro Vancouver en 2016; un prix Top 100 du Réseau des femmes exécutives WXN dans la catégorie Leaders du secteur public, en 2015 et en 2016.

Aluki Kotierk

Aluki Kotierk

Biographie à venir

Lili-Anna Pereša

Lili-Anna Pereša

Ingénieure de formation et diplômée de l’École Polytechnique de Montréal en 1987, Lili-Anna Pereša est présidente et directrice générale de Centraide du Grand Montréal depuis 2013. Chaque année, Centraide rejoint 1 personne sur 7 dans le Grand Montréal. Grâce à sa campagne annuelle de souscription, il soutient un réseau de plus de 350 organismes et projets du Grand Montréal. L’action de Centraide repose sur l’engagement de près de 80 000 bénévoles.

De 2009 à 2012, Madame Pereša dirigeait l’ensemble des activités de ONE DROP. Elle avait auparavant assumé la direction générale de plusieurs organismes communautaires et humanitaires, dont Les petits frères des Pauvres, le Y des femmes de Montréal et Amnesty International – France.

Elle a vécu sa toute première expérience de coopérante-volontaire à l’âge de 25 ans avec l’Entraide Universitaire Mondiale du Canada comme enseignante au Malawi et, par la suite, à titre de conseillère en gestion auprès de Burkina Secours, pour Oxfam-Québec, au Burkina Faso. En 1994, elle s’est jointe à CARE Autriche et a travaillé en Croatie et en Bosnie-Herzégovine où sévissait un conflit armé.

Son engagement pour l’action humanitaire lui a valu de nombreuses distinctions, dont le prix Mercure Leadership Germaine-Gibara lors des Mercuriades 2016, le prix du mérite du Conseil canadien des Ingénieurs, un doctorat honoris causa décerné par l’Université de Montréal, en reconnaissance des services rendus à la communauté et le titre de Fellow d’Ingénieurs Canada. Elle a de plus été nommée Chevalière de l’Ordre national du Québec en 2018.
Outre son diplôme en génie électrique, Lili-Anna Pereša détient un diplôme d’études supérieures en gestion de l’Université McGill, ainsi qu’une maîtrise en sciences politiques, spécialisée en coopération internationale et action humanitaire, de l’Université de la Sorbonne, à Paris.

Elle est membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec, de l’International Women’s Forum et des Amies d’affaires.

En août 2016, Madame Pereša a été nommée membre du Comité consultatif indépendant responsable de la nomination des juges de la Cour suprême du Canada. Elle a été membre du Comité aviseur pour le Sommet 2017 de l’Institut Mallet, du Comité de direction national de la Conférence canadienne du Gouverneur général sur le leadership en 2012 et 2017 et siège présentement aux conseils d’administration du Domaine Forget et de la Fondation des dons sans fil du Canada. Elle a été membre du conseil d’administration de diverses organisations, dont l’École Polytechnique de Montréal.

Cory Royal

Cory Royal

Biographie à venir

Linda Silas

Linda Silas

Depuis 2003, Linda Silas est présidente de la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers (FCSII) représentant une force de 200 000 membres. Elle est au premier plan de la défense des droits des infirmières et des infirmiers du Canada.

Au cours de deux décennies, Linda à affiner ses talents de dirigeante syndicale à l’échelon local, provincial, national et international. Militante syndicale à temps plein alors qu’elle était mère monoparentale d’un fils de 13 mois l’a forgée d’une façon très distinctive. Elle a acquis la réputation d’être une personne déterminée, offrant une écoute empathique, et axée sur les solutions dans tout ce qu’elle fait.

Linda lutte pour sensibiliser davantage et revendiquer des gestes concrets dans plusieurs secteurs, notamment les déterminants sociaux de la santé, et les politiques qui permettront une meilleure équité socioéconomique, y compris un régime national d’assurance-médicaments, et la justice pour les communautés autochtones.

Linda a été présidente du Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick pendant 10 ans. Elle est titulaire d’un baccalauréat en sciences infirmières de l’Université de Moncton et a occupé des postes en soins intensifs, services d’urgence, et obstétrique.

Martin Thibodeau

Martin Thibodeau

Biographie à venir

Gina Wilson

Gina Wilson

Gina Wilson est Algonquine et a débuté sa carrière directement auprès des clients de sa collectivité de la Première Nation de Kitigan Zibi à titre de directrice générale de la Santé et des Services sociaux ainsi que de directrice du Centre de traitement Wanaki. Madame Wilson exerçait les fonctions de cadre supérieure de l’Assemblée des Premières Nations, une organisation autochtone représentant les communautés des Premières Nations au Canada, lorsqu’elle s’est jointe au gouvernement fédéral en 1996 à titre de directrice générale à Service correctionnel du Canada. En 2003, madame Wilson devient directrice générale au sein de Ressources humaines et Développement des compétences Canada, avant d’occuper le poste de directrice générale de l’engagement au sein du Bureau du Conseil privé en 2005. Au cours de son mandat au Bureau du Conseil privé, elle a organisé la première rencontre des premiers ministres.

En 2006, madame Wilson a été nommée sous ministre adjointe (SMA) de l’organisme Résolution des questions des pensionnats indiens Canada et a participé à la mise en œuvre d’une convention de règlement pour quelque 80 000 survivantes et survivants des pensionnats indiens au Canada. Son bureau a supervisé la coordination des événements qui ont donné lieu à la Présentation des excuses historique du premier ministre le 11 juin 2008. Par la suite, elle a été nommée SMA principale des Opérations régionales au sein d’Affaires indiennes et du Nord Canada, où elle était responsable des opérations et des programmes dans sept régions. En outre, elle a participé, en 2009, au Programme avancé en leadership.

En 2011-2013, madame Wilson a exercé les fonctions de SMA du Secteur de la gestion des mesures d’urgence et des opérations régionales au sein de Sécurité publique Canada, où elle a dirigé l’établissement d’un système et de stratégies de gestion des urgences à l’échelle nationale visant à réduire et à atténuer les catastrophes au Canada. Par la suite, elle est devenue SMA principale du Bureau des traités et gouvernement autochtone au sein d’Affaires autochtones et Développement du Nord Canada, et dans le cadre de ses fonctions, a mis l’accent sur la conciliation des intérêts des Autochtones et de l’État au moyen de la négociation et de la mise en œuvre de traités modernes.

Madame Wilson a ensuite été nommée, en mars 2014, sous-ministre déléguée de l’Emploi et du Développement social Canada, où elle a travaillé pour la ministre d’État (Aînés) et la ministre d’État (Développement social), tout en participant aux efforts ministériels visant à réduire l’arriéré de travail au Tribunal de la sécurité sociale. De plus, madame Wilson a mené plusieurs initiatives ministérielles liées au marché du travail, comme « Guichet-emplois/Jumelage-emploi », un site Web national servant à jumeler les employeurs et les personnes à la recherche d’un emploi. Elle a été nommée sous ministre adjointe au ministère de la Sécurité publique Canada où elle a consacré ses efforts à la transformation du ministère en un milieu de travail sain et bienveillant et piloté divers dossiers, comme les lois sur le cannabis et les armes à feu ainsi que la réforme du système de justice pénale.

Plus récemment, soit le 23 mai 2017, Gina Wilson a été nommée au poste de sous-ministre du ministère des Femmes et de l’Égalité des genres, anciennement Condition féminine Canada.

Sean Wiltshire

Sean Wiltshire

Biographie à venir