Gordon Campbell

Gordon Campbell's Portrait
L’éminent Britannocolombien Gordon Campbell a été haut-commissaire du Canada au Royaume-Uni et en Irlande du Nord de 2011 à 2016. Il a rempli trois mandats consécutifs comme premier ministre de la Colombie-Britannique (2001 à 2011) et a été maire de Vancouver de 1986 à 1993.

Lorsqu’il était premier ministre, M. Campbell a principalement vu à l’application de mesures de stimulation économique pour optimiser la capacité concurrentielle de la Colombie-Britannique sur la scène internationale. Ceci a nécessité une baisse des taux d’imposition, une réduction de la réglementation et d’importants investissements dans l’éducation incluant la fondation de sept universités. À cette époque, la province a affiché les meilleurs chiffres en matière de création d’emplois au Canada.

Le gouvernement de M. Campbell a également beaucoup investi dans des projets d’infrastructure relatifs notamment au réseau autoroutier et à certains ponts pour faciliter l’ouverture de la porte canadienne du Pacifique au reste du monde. Il a aussi joué le rôle principal dans la création de débouchés pour les collectivités du nord de la province en apportant des améliorations majeures aux infrastructures ferroviaire et portuaire, dont la construction d’un terminal à conteneurs dans le port de Prince Rupert.

Le New York Times a qualifié la politique de l’environnement du gouvernement Campbell de « meilleure au monde ». M. Campbell a mis en place des mesures d’importance historiques, en tant que premier ministre, pour tisser de nouveaux liens avec les Premières Nations de la Colombie-Britannique et du Canada en général.

M. Campbell a été chef du Parti libéral de sa province pendant 17 ans. Il avait été élu en septembre 1993.

De 1986 à 1993, M. Campbell a également été le 40e maire de Vancouver. Son conseil municipal a accompli les premiers gestes qui allaient faire de Vancouver un des meilleurs endroits où il fait bon vivre, incluant la revitalisation de la rive nord de False Creek, du secteur riverain de Burrard Inlet, de Fraser Lands et du quartier résidentiel de Yaletown à Vancouver. De plus, c’est au cours de ces années qu’ont été mis sur pied le programme Urban Greenways à Vancouver, une politique révolutionnaire alignée sur les conclusions du rapport Clouds of Change, le « Dialogues Project » de la Ville de Vancouver, le Hastings Institute, les différents caucus municipaux et le Comité des organismes consultatifs du district régional du Grand Vancouver.

Le conseil municipal du maire Campbell a mis en œuvre la première stratégie concernant le SIDA et le lieu de travail dans le but d’accorder des prestations de pension de retraite aux conjoints de même sexe. Durant cette même période, la Ville de Vancouver a protégé des douzaines d’édifices du patrimoine, ce qui a mené à la réalisation du Wosk Centre for Dialogue. En outre, M. Campbell a instauré le premier programme de protection de l’enfance au Canada visant une planification urbaine qui tient compte des besoins des enfants.

Avant d’être élu à la mairie, M. Campbell a enseigné de 1970 à 1972 dans une école secondaire au Nigéria, où il a bâti une librairie et entraîné des équipes de basketball et des coureurs sur piste. Il a été l’adjoint administratif du maire de Vancouver Art Phillips de 1972 à 1976, directeur général, aménagement immobilier à Marathon Realty de 1976 à 1981. Il a également fondé en 1981 la City Core Development Corporation, société qui a construit deux hôtels à Vancouver. M. Campbell fut l’un des premiers promoteurs immobiliers chargés de la première phase du Whistler Village et a été un fer de lance dans la décision d’ériger un stade au centre-ville de Vancouver, permettant du même coup de faire entrer Vancouver dans le 21e siècle.

M. Campbell est l’auteur d’un livre pour enfants intitulé Tuaq: The Only One.

M. Campbell a deux fils et cinq petits-enfants.

Page Précédente