Infolettre des anciens – Mai 2016

The Governor General's Canadian Leadership Conference - 2017 - La Conférence canadienne du Gouverneur général sur le leadership

Infolettre des anciens

GGCLC photo of attendees

Bonjour!

Le Conseil d’administration de la CCGGL souhaiterait vous introduire à la toute nouvelle infolettre des anciens. Nous espérons que cette infolettre vous tiendra à l’affût des dernières nouvelles, histoires et opportunités entourant le réseau des anciens. Nous croyons ainsi qu’elle vous donnera l’occasion de dialoguer davantage au sein de notre collectivité.

Tous les anciens désirant partager de l’information sont invités à soumettre leurs items et photos par courriel à Zachary Weeks (édition 2012) à zachary.weeks@leadershipcanada.ca.

N’oubliez pas que tous les anciens ont aussi accès au répertoire, ainsi qu’au site web des anciens. Si vous avez besoin d’aide pour obtenir un mot de passe, veuillez nous écrire à info@leadershipcanada.ca.

Que sont-ils devenus?

GGCLC Dominique Anglade photo

Dominique Anglade (2004), ancienne de la CCGGL fut nommée Ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation par Philippe Couillard, Premier ministre du Québec.
Pour en savoir plus

 

GGCLC Gillian Davidson photo

Gillian Davidson (2012) remplit maintenant le rôle de gestionnaire de la section mines et métallurgie du Forum économique mondial, l’Organisation internationale de coopération public-privé. Basée à Genève, Gillian promeut l’engagement des acteurs des domaines des affaires et de la politique et d’autres parties prenantes envers la mission de l’industrie mondiale et l’exploitation minière responsable et durable. Elle traite de sujets allant du rôle des mines jusqu’à la réaction à l’épidémie d’Ebola et autres pandémies, en passant par l’engagement du secteur privé envers le développement durable et la question du changement climatique, la transformation numérique de l’industrie et le rôle des matériaux dans la 4e révolution industrielle. Auparavant, Gillian a été directrice, responsabilité sociale, à Teck Resources, à Vancouver.

 

GGCLC Geovernor General David Johnston book signing photo

Nous sommes heureux d’annoncer que David Johnston, Gouverneur général du Canada, a lancé son livre intitulé The idea of Canada : Letters to a Nation le 19 avril dernier. Barbara Byers, secrétaire-trésorière au Congrès du travail du Canada et membre du CA de la CCGGL, a pu discuter avec l’auteur en plus d’obtenir une copie signée lors du lancement à Ottawa.

Scott Tod (2008) a pris sa retraite après avoir été sous-commissionnaire auprès de la Sûreté provinciale de l’Ontario, responsable du crime organisé et des cas graves. Il est sur le point de s’établir à North Bay, en Ontario, où il remplira le rôle de sous-chef. Dans son allocution de départ, il a qualifié son expérience avec la CCGGL de tournant décisif relativement à sa carrière. Il a aussi rappelé un discours donné lors de la plénière d’ouverture à Banff par l’ancienne Secrétaire générale de l’administration de Hong Kong et expliqué que souvent il se demandait, lorsqu’il se trouvait confronté à des situations difficiles : « Que ferait Anson ? »

 

GGCLC Ron Shaw retirement party photo

Ron Shaw, CAO pour la ville de Stratford pendant plus de 28 ans, a aussi pris sa retraite au cours du printemps. Il est non seulement un ancien participant de la Conférence, mais aussi président du comité régional de l’Ouest de l’Ontario en plus de siéger au sein du Comité de direction national. John Elvidge, Tobi Day-Hamilton et Michelle Campbell, tous membres du comité régional de l’Ontario de l’édition 2017, ainsi qu’Ian Anderson, directeur général de la CCGGL ont participé à cette soirée spéciale.

 

GGCLC Brian Kingston photo

Brian Kingston (2015) a récemment été promu au poste de vice-président, politiques international et budgétaire au Conseil canadien des affaires. Il dirige les travaux du Conseil sur les enjeux liés au commerce international ainsi qu’à la politique fiscale et monétaire. Il dirige également des forums de dirigeants auxquels participent le Japon et l’Inde, le réseau consultatif sur les politiques du Conseil et le rapport annuel sur la contribution fiscale totale. En outre, Brian est engagé dans le secteur sans but lucratif en tant que vice-président, Opérations mondiales de Jeunes Canadiens en Finance et que membre du conseil d’administration de l’Association économique d’Ottawa. Brian est un fellow d’Action Canada, un Global Shaper au Forum économique mondial et a pris part à la Conférence canadienne du Gouverneur général sur le leadership 2015.

GGCLC Alexandra T. Greenhill photo

Alexandra T. Greenhill (2012) dirige myBestHelper, la première entreprise canadienne à remporter le Cartier Women’s Initiative Award décerné dans le cadre d’un concours international de création d’entreprise organisé par Cartier, McKinsey, INSEAD et le Women’s Forum pour mettre en lumière et appuyer des projets élaborés par des femmes entrepreneurs. Son entreprise a aussi été la dixième au Canada à être accueillie par l’accélérateur Blackbox chapeauté par Google for Entrepreneurs. myBestHelper aide les familles à trouver des services de garde d’enfants et de personnes âgées, et travaille avec des sociétés souhaitant aider leurs employés à trouver l’équilibre entre leurs vies personnelle et professionnelle.
Pour en savoir plus

 

Monique Lugli (2012) fut récemment nommée Chef de cabinet de la ministre de la condition féminine du nouveau gouvernement fédéral.

 

De l’autre côté du plancher, Erin O’Toole (2012), ancien ministre conservateur des Anciens combattants, fut nommé porte-parole, Sécurité publique et de la Protection civile, pour l’opposition officielle.

 

GGCLC Sean Wiltshire photo

Sean Wiltshire, ancien de l’édition 2000 et administrateur au sein du CA de la CCGGL, revient de son deuxième voyage au Sud-Est de l’Asie. Ce dernier fut appelé pour fournir ses services en tant qu’expert dans le domaine de la diversité et de l’inclusion en matière d’embauche, dans le cadre du projet de développement international « Disability Rights Promotion International ». Sean aura l’opportunité de travailler à Kathmandu au Népal; Dhaka au Bangladesh, et à Hyderabad en Inde.

GGCLC 2015 Conference Attendees

Prochaine réunion du comité régional de la Colombie-Britannique

Le comité régional de la Colombie-Britannique tiendra une réunion le 12 mai prochain à Vancouver. Pour plus de détails, veuillez communiquer avec Michael Matsubuchi, président régional de la province à Michael.Matsubuchi@gov.bc.ca.


Prochaine réunion du comité régional de l’est de l’Ontario

Le 26 mai 2016 – Ottawa

Contact: mark.schaan@canada.ca

GGCLC guest speaker Chris Hadfield

Prochaine réunion du comité régional du Québec

Le 10 mai 2016 – Ville de Québec

Contact: comiteqc2@leadershipcanada.ca


Prochaine réunion du comité régional de l’Alberta

Le 12 mai 2016 – Calgary

Pour plus de détails, veuillez communiquer avec Cory Royal à cory@guardianprotective.com
ou Sherri Wilson à sherri.wilson@gov.ab.ca

GGCLC Picture

Six questions adressées à Marc-André Franche (2008)
Directeur du Programme des Nations Unies pour le développement au Pakistan

 

Quel rôle remplissez-vous aux Nations Unies ?

En tant que directeur du Programme des Nations Unies pour le développement au Pakistan, je supervise l’élaboration et l’implantation de notre programme. Ce dernier vise l’adaptation au changement climatique et promeut une gouvernance démocratique basée surtout sur une meilleure administration électorale, la primauté du droit et la gouvernance locale. Nous nous penchons aussi sur la prévention de crise et le rétablissement, et avons mis sur pied un important programme communautaire de résilience, de prévention de la violence et de réduction des risques de catastrophe. Je travaille particulièrement au développement du partenariat, aux communications, à la diffusion ainsi qu’au positionnement stratégique, et j’aide mes collègues à mettre le programme en œuvre. Une équipe de 350 personnes, composée surtout de Pakistanais et comptant 20 membres issus de divers pays, est affectée à ce programme quinquennal de 300 millions de dollars.

Quel a été votre parcours vers ce rôle international ?

J’ai d’abord étudié à Montréal, en Suède et au Royaume-Uni, puis j’ai assumé une fonction de bénévole financé par l’ACDI en Bolivie pour le PNUD. C’est là que j’ai commencé à m’intéresser aux activités des Nations Unies et que j’ai rencontré d’excellents collègues. Ensuite, je me suis inscrit au Programme Jeunes administrateurs de l’ONU, aussi parrainé par l’ACDI, et j’ai fait de la recherche-action et élaboré des programmes de prévention de conflit en Colombie. Depuis, j’ai eu de formidables mentors qui m’ont appuyé, donné des responsabilités croissantes et permis d’élargir encore mes horizons. Plus tard à New York, je me suis consacré à l’appui aux pays en crise d’Amérique latine et des Caraïbes, tout en dirigeant des programmes régionaux de prévention de conflit. Puis j’ai décroché un poste de cadre au PNUD en Haïti et dirigé le programme avant et après le séisme de 2010. Cette première expérience de direction a représenté un défi de taille, mais m’a aussi procuré des instruments et une maturité qui me sont aujourd’hui utiles.

Quelles qualités de leader faut-il pour diriger un important programme des Nations Unies dans un pays souverain ?

Je crois qu’il faut surtout être à l’écoute, apprendre et comprendre le contexte où l’on vit et travaille. Ce qui signifie beaucoup de temps passé à lire, à poser des questions et à écouter les nombreux collègues et partenaires dans ce pays. Il est bon de connaître l’histoire locale et les gens qui la font, mais il faut d’abord comprendre comment les gens s’organisent, comment se forment les coalitions, quels sont les obstacles au changement et toutes les petites idiosyncrasies culturelles qui vous permettront de découvrir les rouages d’une société pour pouvoir ensuite exercer sur cette dernière une influence positive. Savoir reconnaître les intérêts et les occasions puis réunir vos collègues pour qu’ils contribuent à un projet où ils se dépasseront est une autre qualité utile. Même lorsqu’on favorise la réalisation d’une vision du changement avec une équipe et des collègues, il faut savoir rester réaliste quant au rythme et à l’étendue du changement lui-même. Les sociétés et les gouvernements sont des entités complexes qui ne changent pas en un jour.

Votre carrière se déroule-t-elle comme vous l’aviez prévu ?

Je me dis parfois que j’aurais dû être un architecte pour pouvoir toucher ce que j’aurais construit. Étant donné mes antécédents familiaux, mes deux parents travaillaient dans le domaine du développement international, j’ai toujours voulu consacrer ma vie au développement international et être un agent de changement dans les vies d’un plus grand nombre de gens possible. Je ne m’attendais pas vraiment à entrer aux Nations Unies. Cette institution est extraordinaire, mais elle a plusieurs défauts et forces, comme toute autre institution. Je ne voudrais pas d’une autre carrière, mais je ne m’attendais pas à affronter tant de complexité et de difficultés.

Avez-vous le temps de rester en contact avec vos amis au Canada, et vos collègues de la Conférence ?

Je reviens au Canada au moins une fois par an et garde le contact avec ma famille, qui souhaiterait probablement me voir plus souvent. Je suis resté en relation assez constante avec certains de mes collègues de la Conférence, et nous leur envoyons à l’occasion un courriel multidestinataire. Nous nous tenons au courant des faits et gestes de la plupart d’entre eux et tentons encore de trouver un moyen de tous nous retrouver.

L’expérience que vous avez vécue avec la Conférence vous a-t-elle apporté des connaissances ou des points de vue en matière de leadership que vous n’auriez pas trouvés ailleurs ?

Elle m’a surtout permis de découvrir de manière plus directe et concrète la diversité du Canada et la multiplicité des expériences communautaires qu’offre ce pays. Elle m’a aussi donné l’occasion d’adapter à un contexte canadien certaines des compétences que j’avais acquises à l’étranger, et de connaître d’autres modes de leadership et d’autres habiletés pour la communication. La Conférence m’a fourni des outils qui peuvent encore m’être utiles.

Résultats du sondage mené auprès des anciens de 1983 à 2015

 

Plus de 50% des anciens de la Conférence ont participé au sondage dirigé par la firme indépendante Strategic Council au cours des mois de février et mars. Voici les faits saillants des résultats obtenus :

 

Les anciens de la Conférence affirment que leur participation à la CCGGL fut une expérience bénéfique sur le plan personnel et professionnel :

  • 91% disent que l’expérience de la CCGGL a améliorée leur vie (64% affirment qu’elle l’a grandement améliorée).
  • 94% disent que la Conférence a contribuée à leur croissance personnelle (73% affirment qu’elle l’a grandement améliorée).
  • 83% disent que la Conférence fut bénéfique à leur développement professionnel (42% affirment qu’elle fut très bénéfique).

 

Plus spécifiquement:

  • 97% des anciens affirment que la Conférence leur a mieux fait comprendre la Canada et les communautés qui forment notre société (77% sont tout à fait d’accord avec cet énoncé).
  • 96% affirment que la Conférence leur a permis d’échanger avec des gens qu’ils n’auraient pas rencontrés autrement (76% sont tout à fait d’accord avec cet énoncé).
  • 92% disent que la Conférence leur a permis d’apprendre à considérer chaque situation sous plusieurs points de vue (65% sont tout à fait d’accord avec cet énoncé).
  • 91% disent que la Conférence a eu une influence durable sur leur vie (63% sont tout à fait d’accord avec cet énoncé).
  • 90% affirment que la Conférence leur a permis de mieux comprendre les enjeux entre le secteur des affaires, du milieu syndical, des paliers gouvernementaux et du milieu communautaire (65% sont tout à fait d’accord avec cet énoncé).
  • 89% affirment que la Conférence a favorisé leur développement en tant que leader.
  • 78% disent que la Conférence leur a permis de devenir de meilleurs décideurs.

 

L’impact de la Conférence sur les anciens fut si bénéfique que pratiquement tous les répondants (98%) ont mentionnés qu’ils avaient recommandés l’expérience auprès de leur entourage, principalement auprès de leurs collègues (87%) et de leurs amis (75%).

 

Commentaire de la part du directeur général, Ian Anderson:
«Le taux de participation pour un sondage électronique fut très élevé (près de 50%). Ce qui est de plus remarquable est que les réponses obtenues ne diffèrent presque pas entre les secteurs et années de participation à la Conférence. L’impact positif sur la vie et la carrière des répondants est ressentie par les participants de chacune des dix éditions de la Conférence.»